Le Chemin des Dieux

Part 19

Baron

Partie Précédente

 

Chemin des dieux – Ça va ramper !

Alors que la descente de Linès débutait, la dernière dalle avant le passage cliqueta quand il y posa le genou. Refermant le plafond, rentrant les marches. Ils avaient tout prévu les bâtisseurs, pas de retour par là possible. Nos héros prirent le chemin étroit, rampèrent de longues heures…

« Ranine : C’est encore loin ? J’ai les genoux tout écorchés.

Athara : Fallait mettre plus de vêtements.

Ranine : Mais j’ai mis des vêtements…

Athara : D’ici, c’est pas l’impression que j’ai…

Ranine : J’en avais plus de propres…

Athara : T’as tenu jusqu’à aujourd’hui en te changeant tous les jours ?

Ranine : Quand même pas…

Athara : Mais t’en avais apporté combien ?

Ranine : Je sais pas… Pas assez…

Marlande : On arrivera, quand on arrivera, et changez de conversation, y a Shaël qui rampe bizarre.

Shaël : Je suis fatigué et j’ai faim.

Linès : Il faut te concentrer sur le chemin, tu oublieras ta faim.

Marlande : C’est pas la vue que j’ai qui me donnera faim.

Shaël : C’est sympa… Merci…

Linès : La torche je crois qu’elle est finie…

Ranine : Mais, on va pas y arriver…

Marlande : T’inquiète pas, on vit ensemble, on meurt ensemble.

Ranine : C’est pas rassurant.

Athara : Je te mangerai en dernier, Ranine.

Shaël : On va pas vraiment devoir se manger ?

Linès : La survie de la mission l’emporte, s’il faut, nous devrons faire des sacrifices.

Marlande : J’espère qu’on aura jamais à se poser la question. »

C’est dans un silence de mort qu’ils continuèrent leur descente. Mis à part Athara et son incapacité à l’inquiétude, ils avaient tous du mal à positiver. Linès avait beaucoup ralenti, n’y voyant plus rien, il jouait la prudence.

« Linès : Ça se complique… C’est de plus en plus étroit…

Marlande : Tu crois que le sac de Ranine passera ?

Linès : Pour l’instant oui, ce n’est peut-être qu’un bref passage… »

Il avait tort, c’est couchés qu’ils devaient progresser maintenant.

« Ranine à Marlande : Mon sac est coincé…

Marlande : Dieux ! C’est pas possible ! Il va falloir que tu en vides.

Ranine : L’ouverture est de ton côté…

Marlande : Comment veux-tu que je me retourne ?

Athara : C’est une blague ?

Linès : Je ralentis ?

Marlande : Non, on continue. Avec un peu de chance, on sortira vite, quitte à venir pour vider le sac ou le tirer ou le détruire.

Ranine : Mais ce sont mes affaires…

Athara : T’as pas un couteau sur toi ? J’aurai pas la patience là…

Ranine : Si…

Athara : Alors tu coupes et tu laisses des trucs…

Ranine : Mais…

Athara : Les autres ne doivent même plus nous entendre là !

Marlande : On avance à deux à l’heure… Même dans une heure on vous entendra toujours.

Ranine : J’ai coupé, mais je vois pas, j’arrive pas à reconnaître au toucher.

Athara : C’est simple : moins y a de tissu et plus t’as de chance que ce soit une culotte, et moi moins de chance.

Ranine : Je ne vais pas laisser mes culottes…

Athara : Faudra bien lâcher du lest…

Ranine : Je vais laisser un de mes pulls.

Marlande : T’as un pull ? T’es sérieuse ?

Athara : Il va falloir cesser de s’étonner avec la petite !

Ranine : Je suis plus vieille que toi !

Athara : C’est pas évident…

Ranine : Voilà, j’ai laissé quelques affaires… Je ne suis pas sûre, mais le sac passe.

Athara : Dommage, je commençais à bien aimer être là.

Ranine : Si tu peux, ton sac, il n’est pas très plein et…

Athara : Non, mais c’est gentil d’avoir proposé.

Marlande à Athara : On sait jamais, si tu peux au moins les pousser…

Athara : … »

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Partage l'article si tu l'as aimé