Le Chemin des Dieux

Part 12

Baron

Partie Précédente

 

Tous acquiescèrent. Ils avaient cependant l’impression que leurs journées avaient été plus longues que d’habitude. Déjà que n’avoir aucun repère n’aide pas, mais passer d’une virée dans le noir à celle-là, leur sommeil en était tout chamboulé. Il leur fallut presque deux heures pour atteindre destination. Le dernier couloir avait beaucoup rétréci. Ils étaient obligés de se mettre de biais pour passer, poussant leurs sacs du pied.

« Marlande : On y est presque, on aurait eu ça le premier jour on ne serait pas tous passé.

Ranine : T’as de trop gros seins, c’est pour ça…

Shaël : On peut parler d’autre chose ?

Athara : T’as peur de plus pouvoir passer ? »

Tous se retournèrent ! Impossible ! Athara derrière eux, contre le mur les suivait de près.

« Marlande : Mais comment ?

Athara : Si ça vous dit, on finit avec ce passage et je vous raconte ? »

Marlande en tête passa l’entrée la première après avoir poussé son sac. La pièce était noire, ils avaient gardé quatre torches qui allaient être bien utiles.

« Ranine : Mon sac il est bloqué…

Marlande : Tu rigoles ?

Shaël : Ça avance plus ?

Marlande : Bougez pas, je vais débloquer ça… »

Elle commença à tirer sur le sac…

« Ranine : Non pas comme ça, tu vas le casser ! !

Marlande : Tu veux que je fasse quoi ?

Ranine : Vide-le…

Marlande : Bon les gars, j’espère que vous êtes confort, parce que je vais devoir vider le sac de Ranine avant que vous puissiez passer.

Linès : Je me demande comment ils ont réalisé les carrelages de cette portion…

Athara : Avec des lutins.

Ranine : Oh ! Des lutins, c’est trop mignon !

Shaël : C’est pas dangereux les lutins ?

Marlande : Ça existe pas les lutins… »

Une fois le sac en partie vidé, il passa. Les autres se glissèrent sans mal. Les torches allumées, ils purent faire les premières observations… C’était une très grande pièce, vide… Très haute de plafond, même en levant leurs torches ils ne pouvaient pas le distinguer. Les murs étaient recouverts du même carrelage blanc que les couloirs. Cependant ils ne reflétaient aucune lumière. Ils prirent la décision de se reposer et surtout d’écouter le récit d’Athara sur son retour.

« Marlande : Alors raconte, comment as-tu pu arriver jusqu’ici ?

Athara : Lorsque la porte s’est fermée, j’ai eu très peur. Je me suis retrouvée seule dans le noir. Je me suis souvenu que ma torche ne devait pas être loin, je la rallumais. Je trouvais par chance mon sachet de fruits secs qui avait dû tomber quand on a couru avec nos affaires.

Shaël : Tu as eu beaucoup de chance avec ta torche et ton sachet.

Marlande : Oui beaucoup de chance…

Athara : Mais encore plus de pouvoir vous rejoindre !

Linès : Tu n’as pas tout cassé ?

Athara : Non, comment aurais-je pu faire ? Donc après votre départ j’ai crié, vu l’épaisseur du mur je crois que vous n’avez pas pu m’entendre. J’ai ensuite réfléchi à ce que je pouvais faire pour vous rejoindre. Je ne me voyais pas faire demi-tour. Il fallait que je refasse tout. J’ai remis les symboles pour faire apparaître la carte. Jusque-là aucun problème.

Shaël : Comment tu as fait pour appuyer sur les dix symboles en même temps ?

Athara : Je n’ai pas eu à le faire.

Marlande : Comment ça ?

Athara : Je les ai bloqués les uns après les autres.

Marlande : Avec quoi ?

Athara : Je suis allé dans le couloir adjacent, avec mon couteau j’ai brisé des bouts de pierre que j’ai taillés. J’ai mis une bonne journée, peut-être plus à en faire pour bloquer les dix symboles. Une fois fait, le passage s’est ouvert. Je suis passé, je vous ai rattrapés !

Marlande : Je ne connaissais pas tes talents de tailleuse de pierre…

Linès : Tu as utilisé une technique particulière pour la taille ?

Ranine : C’est incroyable, tu es douée. Tu as retenu le plan aussi ?

Athara : Plus ou moins. Il faut que vous sachiez, je n’ai plus rien à manger… »

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Partage l'article si tu l'as aimé