Le Chemin des Dieux

Part 11

Baron

Partie Précédente

 

La paroi blanche émettait une faible lumière, suffisante pour ne plus avoir besoin des torches. Alors qu’ils s’approchaient, le mur tout aussi lentement se mit à redescendre, la fresque à reprendre sa place, les symboles à se replacer de mauvaise manière.

« Marlande : Vite, prenez vos affaires ! Grouillez-vous ! »

En toute hâte, ils attrapèrent leurs sacs et coururent.

« Athara : Mon bâton !

Marlande : Plus le temps, on t’en trouvera un autre !

Athara : Non ! »

Poussant ses compagnons elle baissa la tête et couru vers le bâton laissé à l’entrée de la salle. Ils hurlaient tous les quatre pour l’encourager à se dépêcher. Elle ne les écoutait pas, saisissant son bâton, elle fit un sprint, mais arriva trop tard. Il ne restait qu’une poignée de centimètres, elle aurait pu s’y glisser, mais s’y serait fait broyer. Ils essayèrent de lui crier des consignes. Peine perdue, le mur bien trop épais ne laissa aucun son passer.

« Ranine : On va faire quoi ?

Marlande : J’en sais rien, d’après ce que je comprends une fois qu’on a résolu l’énigme de passage, l’entrée se referme, il faut qu’elle refasse tout. C’est possible que ce soit comme ça pour toutes les autres parties.

Shaël : On aura jamais assez de nourriture…

Linès : Nous avons le sac d’Athara…

Ranine : Dieux ! Elle n’a rien à manger… Nous avons aussi les torches… Elle est seule dans le noir…

Marlande : Pas toute… Il en manque une. Si elle est maline, elle peut faire demi-tour et sortir. Elle ne sera pas en bon état, mais ce n’est pas impossible.

Shaël : Et nous ? On va pouvoir s’en sortir à quatre ?

Marlande : Il faudra bien… Rangez les torches, qui sait si elles ne nous serviront pas plus tard. Linès prend le sac d’Athara, ça pourrait aider… Si jamais on est attaqué par des esprits ou qu’on nous donne une soupe fade.

Ranine : Comment on va arriver au prochain passage ?

Marlande : J’ai eu le temps de faire un croquis au dos du plan, c’est pas très précis et c’est trop petit pour pouvoir tout mettre en détail. J’ai essayé d’en mémoriser, c’est pas gagné.

Shaël : Je me souviens de tout !

Marlande : Comment ça ?

Shaël : Je retiens tout ce que je vois dans les moindres détails.

Ranine : C’est génial !

Marlande : Je suis surprise !

Linès : Vous avez vu au sol ? Ces dalles sont parfaites et identiques.

Marlande : Passionnant… »

Ils partirent dans le second labyrinthe vers la prochaine étape. Même avec les indications relevées par Marlande et l’incroyable mémoire de Shaël, il y avait beaucoup de distance à parcourir. Un autre point positif, dans certains couloirs ils trouvèrent des renfoncements dans les murs avec des coulées d’eau. Le débit n’était pas très important, pour remplir les gourdes la patience semblait être un bon atout. Tout le couloir étant carrelé et sec il n’aurait pas fallu compter sur la méthode du tissu de Marlande. Ranine put enfin faire une petite toilette, il fut expressément demandé à Shaël d’en faire de même. Quelques jours plus tard…

« Marlande : C’est ma dernière ration…

Shaël : Je n’ai plus rien non plus…

Ranine : C’est de ma faute, tu as dû partager avec moi.

Linès : Il me reste encore deux jours de rations.

Marlande : Tu as très bien su te restreindre. Il nous reste aussi le sac d’Athara, y a quoi de bon dedans ?

Linès : Hum… »

Il ouvrit le sac, fouilla, ne trouva aucune trace de nourriture.

« Shaël : Elle n’avait déjà plus rien ?

Ranine : On aurait eu du mal avec elle à nourrir.

Marlande : J’étais pourtant sûre… »

Elle eut un doute… Elle se souvenait que leur amie avait encore un bon sachet. Athara mangeait peu. Elle aurait pu emporter sa pitance lorsqu’elle voulut prendre son bâton. On aurait pu le perdre sur la route… Ou… quelqu’un l’aurait volé… Elle ne connaissait que Ranine, les deux autres, au final…

« Marlande à Shaël : On ne devrait plus être trop loin ?

Shaël : Oui, encore deux couloirs et l’on arrive à la salle.

Marlande : Continuons, nous dormirons là-bas ! Vous tiendrez le coup ? »

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Partage l'article si tu l'as aimé