BaronCrapo en Ensulsis Chap 9

Baron

Merci à vous deux pour les votes Cerise, Mao <3 ! C’est partis pour la suite, toutes mes excuses pour le temps que ça a prit !

Alinaë décida d’aller de l’avant, en plein jour elles ne semblaient pas trop prendre de risque, il serait toujours temps en cas de problème de faire demi-tour. Elles suivirent la piste, abandonnant leurs chevaux à l’entrée du camps d’infortune. Ils ne devaient pas avoir plus de 24h d’avance, la panique aidant ils ont vite dû s’épuiser, les traces de sangs laissaient suggérer au moins un blessé. Dans la panique, on cours, cherchant un abri où l’agresseur n’aura pas la possibilité de venir.

« _ Ils ont du monter ou se cacher dans une petite grotte, soit vigilante Ciny. »

Ciny avait placée son arme au poignet et à tout moment elle pouvait aussi utiliser son arc long. La route grimpait toujours plus, aucune trace d’un ours, c’était rassurant, il ne les avait pas poursuivit.

« _ Alors Vigillia ? Me trompe-je ? »

Elle était désemparée, pour une fois son masque stoïque s’effritait laissant ses émotions ressortir. Elle n’eut pas le temps de répondre que la porte de la cabane s’ouvrit en silence. Il semblait faire nuit à l’intérieur tant le jour ne perçait pas. Une telle invitation ne se refusait pas, le Baron attendrait d’avoir ses réponses.

Passant devant Vigillia il entra. L’obscurité régnait, une odeur de renfermé leur prit d’assaut les narines. Il ne sentait pas de danger, mais restait sur ses gardes. Leurs yeux s’habituèrent au manque de luminosité, quand au fumet nauséabond il fallait faire avec. Dans un lit un vieil homme, allongé, tourna un peu sa tête et leur dit :

« _ Étrangers, que voulez-vous ?

_ Je vous pris de bien vouloir…

_ Gardes tes grandes phrases pour la noblesse et viens en au fait ! »

Il s’assit sur son lit. Cet homme se situait dans la tranche des octogénaires. Il semblait robuste, une jambe un peu faible, une toux maladive, un regard froid et beaucoup d’assurance. Les cheveux en bataille, une barbe pas entretenue et cette odeur de vieille chaussette mariné dans l’alcool ne trompaient pas sur le manque d’hygiène.

« _ Soit… Nous comptons nous rendre en Ensulsis ! »

Le visage du vieil homme trahit un semblant d’intérêt. Il se leva, pris une bouteille et s’en servit un verre sans en proposer à ses visiteurs. Puis prit la parole :

« _ Vous rendre en Ensulsis… Quelle mouche vous a donc piquée ? Pourquoi ne pas sauter de la montagne tout de suite, ce serait moins douloureux. Croyez-vous sérieusement pourvoir ne serai-ce que vous y rendre ? Quand bien même vous y arriviez, ce serait un voyage sans retour… Sortez…

_ Nos vies et ce qu’on en décide de faire nous regarde. Si vous pouvez d’une quelconque manière nous aider, je vous récompenserais au mieux de mes possibilités. Si vous ne pouvez vraiment rien faire pour nous, oui nous partirons… Mais avant tout écoutez moi… »

Alors que le Baron défendait sa cause, le vieillard devenait attentif à l’arme portée à sa ceinture. Il jetait aussi quelque regard vers Vigillia, celle-ci détournait les yeux et se cachait derrière son grand chapeau.

« _ C’est une bien belle arme que tu as là… Messire… Messire ?

_ Je suis le BaronCrapo…

_ Tu dis ça comme si je devais savoir… Jamais entendu parler. Montres moi ton sabre…

Le Baron détacha son arme, et la donna. Il n’avait aucune confiance en cet homme, mais il fallait montrer pattes blanches. En cas de souci il avait bien d’autres ressources sans compter la présence de Vigillia. Même si cette dernière ne semblait pas dans son assiette. Il regarda l’arme et la sortie de son fourreau, sa lueur verte éclaira la pièce…

« _ C’est… Le sabre de l’immortel ! Comment… Comment t’as pu…

_ Un cadeau… Le sabre de l’immortel ? Qu’entends-tu par-là ?

_ Une des 12 armes majeurs d’Ensulsis… C’est impossible…

_ Mon sabre viendrait de…

_ Tu l’ignorais ? Ahaha ! Pauvre inconscient… Tu n’as même pas idée de son pouvoir… Tu veux te rendre en Ensulsis ? Je vais t’aider !

Il rengaina le sabre et alla fouiller dans une vieille malle de laquelle il sortit un coffre en bois aux ferrures oxydées. Il y avait une sorte de cadenas sans trou. Il mit son pouce au milieu, et se concentra. Le Baron n’avait encore jamais vu une serrure qui s’actionne à la magie, il restait attentif et remarqua toutes les écritures sur le coffre. L’ancienne écriture, signe d’ancienne magie, signe d’Ensulsis… Les écritures s’illuminèrent et le cadenas s’ouvrit.

« _ Voici une carte, ne t’y trompe pas BaronCrapo, elle n’indique qu’un secteur et non l’île. Je te donne aussi mon journal de bord… »

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase et son geste, Vigillia les larmes aux yeux poussa un cris, surprenant même le Baron qui ne pu agir. Elle fonça sur l’homme muni d’un rouleau de parchemin écrasé dans sa main ensanglanté. Elle se cola à lui, une colonne de lumière jaillit détruisant le toit de la masure et éjectant le Baron au loin.

Le Baron se releva, la baraque avait bien dégusté. Il s’approcha de la lumière. C’était une barrière généré par une magie qu’il connaissait un peu… Il ne se doutait pas que Vigillia soit capable de l’utiliser. Il ne pouvait rien faire que regarder…

Plus loin dans la montagne…

« _ Ali, t’as vu ça ?

_ Oui… Je crois qu’on va remettre notre chasse aux survivants à plus tard… »

Elle n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle disparue laissant Ciny seule.

« _ Ali ? … Ali !!!! »

Tadaaaaaa ! Alors le vote du jour :

1 – Le Baron trouve une astuce pour casser le sort

2 – Et pendant ce temps là Méllia…

Chap 3 Part 1 Chap 3 Part 3

Share on FacebookTweet about this on Twitter
Partage l'article si tu l'as aimé